REDOUANE : « JE DEMANDE CONSEIL POUR UN FRÈRE, SOUVENT EN CLASH AVEC SA FEMME »

J’attire votre attention sur la situation d’un frère proche dont je fus le témoin de son mariage. Cette union s’est faite à la condition que madame soit « musulmane, suive et s’éduque et éduque sa fille de trois ans dans la voie islamique de son mari, la voie des pieux prédécesseurs » car madame suit la voie de l’école hanafi, elle fréquente la madrassa depuis toute petite. Le souci, c’est qu’une fois mariée, madame, qui a donc une fille, met de la musique et fait danser la petite et quand le frère relève que cette façon de faire n’est pas islamique, elle n’est pas d’accord et lui reproche d’être rigoureux. Elle est allée jusqu’à lui rendre sa bague de mariage.

A sa demande de divorce, le frère a été totalement chamboulé. Il avait une grande maison retirée de la ville, elle l’a fait venir habiter chez elle dans son appartement et ce divorce lui tombe sur la tête parce qu’il ne voulait pas décevoir son Créateur !

Finalement par faiblesse sentimentale, il a apparemment abdiqué aux revendications de madame. Elle attend un bébé, qu’Allah le benisse. Ce qu’il faut savoir, c’est que le frère est un converti et prend vraiment à cœur son din (sa religion), je peux en témoigner car je fus son sabab (cause) pour sa conversion et son ascension. C’est un homme sincère qui fait des efforts impressionnants depuis sa conversion. Il a fait preuve d’une grande patience pour pouvoir se marier. Il rêvait d’une femme pieuse et vertueuse car, pour lui, c’était l’idéal pour une famille. Il a cru que cette femme voilée était cette femme pieuse et vertueuse dont il rêvait. Après le mariage, il a réalisé que le voile ne faisait pas tout malheureusement.

Aujourd’hui, il est soumis à la volonté de sa femme qui n’est pas forcément soumise selon la voie des pieux prédécesseurs aux ordonnances d’Allah. Leur rencontre s’est faite sur un site de rencontre dit islamique, géré par une proche de cette femme. Ils se sont rencontrés à deux reprises dans une mosquée sans la présence d’un tuteur, l’organisatrice de ce site les a laissés seuls plus d’une heure les deux fois et ils se sont mis d’accord sur les conditions du mariage. Ce n’est qu’après qu’ils ont vu les parents. Le père ne voulait pas de ce mariage mais la fille a terriblement insisté auprès de sa mère pour que le mariage se fasse dans les 48 heures et c’est ce qui s’est passé.

Le frère ne sait pas quoi faire. Il attend inchaAllah un enfant de sa femme, il a conscience qu’il ne maîtrise rien, le peu qu’il essaie finit en clash de la part de madame. Il est malheureux et ça me touche profondément. Quand il me demande conseil, je lui réponds souvent, entre autres, « nulle soumission aux créatures qui ne se soumettent pas au Créateur ».

Voilà pourquoi je vous contacte : avoir des conseils pour rassurer le frère. Qu’Allah me pardonne, nulle intention en moi de manger le cadavre de qui que ce soit, qu’Allah m’en préserve. Merci de me répondre, ne serait-ce que par des hadiths ou des versets concernant cette situation ou pour avoir votre simple avis ou recommandation. Qu’Allah vous facilite.

Lalla Chems En Nour, psychanalyste

Cher Redouane,

Votre sollicitude envers ce frère en religion est très touchante, mais n’oubliez pas qu’il est vraiment très délicat de comprendre de l’extérieur les relations d’un couple.

Vous me demandez de rassurer votre ami, je vais vous décevoir car j’ai plutôt envie de lui demander s’il a bien les pieds sur terre. Conclure une affaire de mariage comme une transaction commerciale, en deux heures d’entretien et aller au mariage 48 heures plus tard, c’est aller droit dans le mur.

Enfin, comment peut-on engager sa vie et celle de ses futurs enfants sur une relation bâtie de cette façon ? Le couple, c’est la construction d’un lien, des affinités, des idées communes, une envie d’aller dans la même direction, des projets communs, de la solidarité, et quand on s’en donne la peine, de l’amour. L’amour qui permet d’accepter les défauts de l’autre. Quand on aime, on peut dépasser les défauts de son ou sa partenaire.

Il semble qu’entre ces deux personnes, la vision de la religion soit très différente. Tous les musulmans n’ont pas la même position par rapport à la danse ou à la musique. Qui vous certifie que c’est vous ou votre ami qui sont dans la vérité ? Dans la bonne interprétation ? Et depuis quand un voile est une garantie de bonne moralité quand, la plupart du temps, il est imposé ?

Votre ami a commis une erreur en s’engageant de la sorte dans le mariage. Il lui reste peut-être à devenir un bon père avec l’enfant qu’il aura avec cette femme qui ne parvient pas à s’épanouir avec lui. Pour décider de partir alors qu’elle est enceinte, cela pose la question de la qualité de leur relation. Vous prenez son parti, mais peut-être a-t-il des torts ? Autant qu’elle ? En islam, le Coran nous invite constamment de réfléchir, parlez-en à votre ami.

SaphirNews

Laisser un commentaire