RECHERCHE MARI… MAIS PAS À N’IMPORTE QUEL PRIX!

Témoignage de Samira

 

Je suis une jeune femme de 35 ans qui aspire
un peu comme tout le monde à se marier,
à rencontrer sa moitié et à faire un bout de chemin
avec un partenaire différent dans sa personnalité,
son expérience et semblable dans nos projets
afin d’enrichir cette vie !

 

Je ne suis pas moche, je ne suis pas bête,
jamais mariée (oups !), j’ai un background universitaire,
issue de bonne famille comme on dit si bien
(label « bent nass« , même si je déteste cette expression !)
et ma vie est bien remplie, faite d’activités,
de remises en question et d’approches diverses
pour  m’épanouir dans ma vie de célibataire
 et  me rapprocher d’Allah azawajal
(wa Elhamdulillah hala kouli shay). En attendant…
peut-être d’être prête au moment opportun !
Ce moment qui arrive quand on s’y attend le moins
d’après le vécu de celles qui ont passé le cap ?!
Allah o halem…
La réalité est que je me pose beaucoup
de questions sur ma vie, mes choix,
mon expérience et me dis tout simplement
est-ce que moi aussi je vais me marier un jour ?
Moi qui avais rêvé de me marier à 18 ans…
il est loin ce temps là!
Les difficultés sont déjà de rencontrer des personnes
potentielles qui peuvent correspondre tout simplement
un minimum… Les amis n’ont pas ou peu de contacts
(bizarrement même celles qui se marient ?!),
ou bien les potentiels qui sont proposés,
des fois ne tiennent pas du tout la route : y’a un problème!
Ai-je l’air si désespérée que cela (à ma connaissance non !
je préfère être seule que mal accompagnée !!!) ?
Est-ce que toi-même, ma chère amie,
tu aurais pris cet homme pour hypothétique mari
(je crois que tu ne me connais pas du tout finalement,
pourtant on échange beaucoup sur ce sujet
malheureusement ?!!) ? Ou l’aurais-tu proposé
à ta propre soeur de sang ?
Il n’y a pas d’institutions, ou même les mosquées,
qui pourraient se sentir concernées
par ce problème de taille, et mettre en place
quelque chose de réglo pour rencontrer
selon les préceptes de l’Islam ? Sinon il y en a très peu
qui essayent de faire les choses bien tant que possible.
Les sites internet c’est comme dehors on trouve de tout :
je ne suis pas du tout adepte, se vendre et encore mieux
pour avoir le plus de visites en mettant sa photo,
non merci ! Les soirées-rencontre speed-dating
sur péniche avec dancefloor et chicha,
non merci c’est bon j’ai passé l’âge et ça ne m’intéresse pas !
Ou sinon bizarrement, t’es seule, les gens le savent
pertinemment mais ils deviennent amnésiques.
Ils ont peur que je leur demande quelque chose ;
ils croient que je me plais totalement dans mon célibat,
que ça y est je suis une célibattante à mort !!!!!
Ou maintenant qu’il y a le mariage pour tous,
je vais me marier à moi-même, tiens !
Un peu de compassion, un peu de compréhension,
juste un peu d’écoute serait la bienvenue.
Pas de  » tu es exigeante, arrête de chipoter !  » ;
 » tu es désespérée, tu as un problème ?  » ;
à chaque mariage :  « … c’est à quand ton tour ?   » ;
 » tu sais j’ai un cousin du bled qui cherche à venir en France ! « 
, etc.
Les parents qui sont totalement dépassés
et veulent juste qu’on soit heureuse
et ne savent pas comment faire, ou n’abordent pas
du tout le sujet épineux par pudeur et peur des larmes.
Est-ce qu’il existe une carte détaillée de lieux fréquentés
par les potentiels ?!! Je suis preneuse ! lol.
Non mais franchement où se cachent-ils ?
On ne fréquente pas les mêmes endroits ?!
Ou peut-être pas dans les mêmes créneaux horaire ?!
Et si je vais à la mosquée, à des conférences religieuses
c’est pour mon Seigneur et pas pour trouver un mari !
Alors c’est quoi le problème ? C’est moi
qui ai laissé passer le train ?… quand j’étais à l’école,
à l’université ? C’est moi qui n’ai pas sur mon lieu
de travail des potentiels ?! Je veux savoir où aller?
On m’a dit d’abord les études, après le reste…
Ok c’est fait elhamdulillah ! On ne mélange pas
la vie privée et le boulot ?! Pas de souci de ce côté là,
y’a rien ?!!!

 

Alors pour combler ce vide sentimental,
ce néant marital, je m’épanouis et je me cherche
dans ma vie, dans ma religion, dans ce qui va
me combler de bonheur, pour être en paix
avec moi-même, pour soigner mes « manques »
… pour mieux accueillir l’autre peut-être inchaAllah :
voyages spirituels et culturels, sorties entre amies, restaurant,
théâtre, activités sportives, manuelles, vie associative, etc.
Plus le temps passe, plus l’âge avance et plus le profil est lourd,
lourd, lourd (jeune femme musulmane française d’origine
maghrébine, de 35 ans, jamais mariée, charmante, intelligente,
pratiquante, qui est curieuse et a fait beaucoup de choses
dans sa vie, etc.) ! Est-ce qu’il y aura un homme
qui un jour se sentira à la hauteur de cette personne
(complexe à l’extérieur en apparence mais si simple
à l’intérieur) qui ne demande qu’à partager tout cela
avec sa moitié et qui ne fuira pas en disant
 » t’es mashaAllah mais désolé c’est pas pour moi ! » .

 

Alors c’est un cercle vicieux. On s’occupe
comme on peut ; on devient de plus en plus
indépendante ; des super-women
en puissance et on renvoie cette image
de femme qui n’a pas besoin d’homme…
Horrible !!!! Si, si j’ai besoin de toi. De ta nature.
De ta protection. De ta sécurité.
De ta complémentarité. De ce que tu es
pour devenir une femme à part entière !
La difficulté principale est, je pense, qu’on a trop d’attentes,
trop de critères peut-être, un idéal nourri par la société,
à cause des séries télévisées (Les feux de l’amour,
DallasLa petite maison dans la Prairie,
Plus belle la vie) et pour les plus jeunes
c’est encore pire. Un idéal nourri par la téléréalité
à base de Nabilla and co, les Anges de la téléréalité,
 Loft StorySecret Story…. et de  » ben allo quoi t’es
une meuf, t’as pas de mec ?! «  , Après faut pas s’étonner
qu’un idéal potentiel pour un homme soit d’avoir une sorte de
Nabilla en jilbab !!! Oui, oui…
Il y a quelque chose de biaisé quelque part.
Entre les femmes à la recherche de développement
personnel et d’épanouissement ;
à la recherche d’un Brad Pitt, Robert Pattinson,
Omar Borkan al Gala, etc. ; de celui avec qui
elles pourront vivre d’amour, d’eau fraîche,
de cadeaux et de confiance mutuelle, de tâches ménagères
partagées, de projets divers, restaurants, voyages, etc.
Et les hommes qui ont l’air de vouloir se poser
simplement après les 400 coups, pour prendre exemple
sur le père à la retraite après 40 ans de travail acharné,
de week-end en famille, trouver une femme
comme maman et de vie paisible à la maison,
assis sur le canapé avec les pantoufles.
La femme pour le changement et pas nécessairement
le système patriarcal vécu à la maison
et l’homme pour une préservation des traditions
et de la culture vécue.

 

Trop de préjugés, de stéréotypes qui nous empêchent
d’aller à la rencontre de l’autre. Quand on veut aller
au-delà de ces préjugés, ça donne des rencontres
assez spéciales et finalement on se dit que non
je n’en veux pas : l’homme qui parle en mode racaille,
wesh wesh et comme si j’étais son pote ?!!!
Pardon ! ; l’homme nommé péjorativement « blédard »
avec son accent et sa mentalité trop différente pour moi,
cela dépend de qui on a en face aussi, il n’y a pas
de généralité à faire là-dessus ; l’homme « moi je » :
« et bien tu vas continuer tout seul vu que tu t’aimes ! » ;
l’homme qui tente de te caresser la main pour voir
si ta peau est douce :  » Pardon, tu connais la limite
de mon territoire privé, à ma connaissance
on n’est pas encore mariés ?!!! « ; l’homme
qui va te sortir  » on est en 20..;, tu sais « …
Enfin bon beaucoup d’histoires hallucinantes,
marrantes avec du recul et qui me permettent
de savoir sérieusement et plus précisément
ce que je veux et ne veux pas!
Je ne suis pas quelqu’un qui collectionne
les rencontres alors on peut se demander
s’il y a un problème sous-jacent : jamais mariée à 35 ans,
il est où le vice caché ? Est-ce que l’image que je reflète
ne donne pas envie ? Est ce qu’il y a quelque chose
que j’ai mal fait ? Ma devise : « vaut mieux être seule
que mal accompagnée » cela veut dire
que je ne me marierai pas pour me marier,
pour le statut, sinon je l’aurai fait
depuis longtemps. Je reste seule
mais pour combien de temps, comment y remédier ?

 

J’ai peur de devenir orgueilleuse et arrogante
en croyant mériter quelqu’un de bien,
quelqu’un d’intéressant, qui est dans son dine,
bon pratiquant, au bon comportement,…
Quelqu’un de différent, d’enrichissant,
mais qui me ressemble aussi un peu…
J’ai peur de devenir cette vieille fille avec son chat.
Peut-être que je le suis déjà ! (manque plus que le chat).
C’est bien beau de faire « Hijab and the city »
avec les copines célibataires, de se soutenir mutuellement
 et d’échanger les déboires mouqabalesques
autour d’un mojito sans alcool !
Se rassurer de ne pas vivre violences conjugales,
divorces et histoires difficiles dans le mariage
qu’on entend tous les jours. Avoir encore de l’espoir
parce que Khadija (radhiAllahou’anha) s’est mariée
à 45 ans avec le Prophète (sallaLlahu ‘alayhi wa salam)
ou parce que Oum Kalthoum s’est mariée à 60 ans
(désolée des exemples totalement à l’opposé).
Parce qu’autour de moi des soeurs mashaAllah
se marient et trouvent leur moitié elhamdulillah, ç
a fait vraiment plaisir et ça donne du baume au coeur !
Heureusement d’ailleurs.
On s’accroche à ces espoirs, à la volonté divine,
à la Grandeur d’Allah soubhanahou wa ta’ala
qui sait TOUT et à notre petitesse
face à Lui parce qu’on ne sait rien
et qu’on ne détient rien et parfois on baisse
les bras parce qu’on a ce vide à l’intérieur,
cette solitude qui même si on est entourée,
ne pourra pas être comblée.
On s’imagine rester THE célibataire du groupe de copines,
la tata un peu fofolle des neveux et nièces,
la fille qui est célibataire, seule et pourtant elle a
soi-disant tout pour elle et on ne comprend pas lol
(crise passagère ou waswass de Shaytane ?!).

 

Les difficultés pour se marier sont diverses
et variées et j’ai essayé à travers l’humour,
le sarcasme et l’ironie d’en dépeindre
quelques-unes parce que finalement
être célibataire est un parcours du combattant
de par l’image qu’on dégage,
ce que les gens croient savoir
et ce qu’on essaye de faire pour trouver
chaussure à son pied. On essaye de faire
tout pour changer cela sans être désespérée,
ni être prête à se troquer comme une vulgaire
chaussette (un juste milieu). On essaye de vivre
pleinement cette vie de célibataire pour être prête,
quand cela se présentera, à devenir femme mariée,
ne rien regretter et tout simplement avancer
sous la protection et l’aide d’Allah azawajal.
Il faut un juste milieu entre faire les causes
et s’en remettre à Allah azawajal,
demander à Allah de nous faciliter le mariage
et de mettre la bonne personne,
celle qu’Il a destiné dans le mariage
et dans le halal. Retourner
à Allah soubhanahou wa ta’ala pour nous
combler de Son amour, de Sa Lumière
et cela ne sera que la chose la plus complète.
Quelque soit ce qui pourrait arriver après ou pas.
Allah est Capable de tout chose!

 

« Ô Seigneur, j’ai grand besoin de toute grâce dont tu voudras bien me gratifier. » [Al-Qasas, verset24].
Source:imanemagazine.com

Laisser un commentaire