NOUSRA: »J’AI RENCONTRE MON MARI SUR UN SITE DE RENCONTRES. IL CONTINUE A DRAGUER SUR INTERNET »

Je suis mariée depuis huit ans et j’ai trois filles. J’ai rencontré mon mari sur un site de rencontres

pour musulmans.

Mon idéal, c’était de me marier avec un Tunisien pratiquant qui parle l’arabe, qui aime son pays.
Et j’ai trouvé en lui ce que je recherchais. Il venait du bled et il était sans papiers. Il paraissait gentil,
attentionné. Je le sentais sincère. Il m’a beaucoup parlé de sa vie, de ses difficultés passées,

il recherchait une femme, disait-il, comme soutien. Il voulait une relation fusionnelle.

Il m’avait confié qu’il était colérique, mais qu’il faisait un travail sur lui-même. En retour,

je lui ai dit : « OK, cela nous arrive d’être en colère mais je n’accepterai pas que tu dépasses les limites. »

Et en huit ans, il n’a fait que ça : dépasser les limites. Insultes, grossièreté, violence physique.

J’ai reçu ma première claque deux mois après notre mariage.

Quatre mois après notre mariage, je découvre qu’il converse avec une autre fille en lui disant des mots tendres.

En se faisant passer pour un célibataire. Et en huit ans je n’ai fait que découvrir des conversations

avec d’autres filles sur Internet parce qu’il se déconnectait mal. Il fait la salat et va à la mosquée.

Je déteste ce qu’il a fait de moi. J’étais spontanée, dynamique et aimait les relations humaines.

Et lui a tout contrôlé chez moi. Ce qu’il aimait chez moi, c’était ma spontanéité et il a fini par me
l’enlever parce que ça l’énervait. Je suis une personne bienveillante, gentille.
Mais ce qui m’insupporte,c’est le manque de respect et la grossièreté et j’ai trouvé en lui
tout ce que je déteste. Nos filles ont peur de leur père parce qu’il est impulsif et il peut changer
d’humeur à tout moment. Un rien l’agace. J’ai peur que mes filles grandissent avec un manque
de confiance en elles. Je le ressens déjà avec ma grande. Pourtant, ma famille m’a inculqué
les bonnes valeurs. Il sait d’où je viens et connaît les valeurs de ma famille et ça ne l’empêche pas
de me rabaisser, de m’insulter.
Nousra

La psychothérapeute

D’après plusieurs témoignages de nos lectrices, les rencontres sur Internet débouchent

souvent sur le genre de situations que vous décrivez. Combien de temps avez-vous fréquenté

cet homme ? Avez-vous pris le temps de le connaitre ? De discuter avec lui de vos véritables aspirations

et désirs ? « J’ai trouvé en lui ce que je recherchais. Il venait du bled et il était sans papiers.

».
Cette phrase interpelle fortement ! Cherchiez-vous un homme sans papiers, qui s’accroche forcément
à celle qui lui sauve la vie en régularisant sa situation administrative, l’entretient,
lui rend sa dignité d’homme et de citoyen ?Les mariages d’intérêt se terminent forcément
par des trahisons, un manque de respect et de la maltraitance, comme c’est le cas pour vous.

« Il paraissait gentil, attentionné. Je le sentais sincère. » Evidemment le temps de régulariser sa situation,

il lui fallait porter un masque, ne pas se dévoiler complètement ! Malheureusement vous n’avez pas pris

le temps de découvrir sa vraie nature : traitre, irrespectueuse et violente, comme vous le décrivez !

Il vous a avoué qu’il était colérique mais qu’il faisait un travail sur lui-même. Est-ce à dire

qu’il faisait une thérapie ? Ou quel genre de travail sur lui-même faisait-t-il ?

Avez-vous cherché à en savoir plus, à en parler avec lui ?

Il est regrettable que la pression familiale, sociale et culturelle pousse des jeunes femmes, les yeux fermés,

dans lesb ras d’hommes, qui gentils en apparence deviennent de vrais tortionnaires.

Il n’y a pas de respect dans ce que vous racontez. Vous découvrez en plus qu’il converse

avec d’autres femmes ! C’est l’addiction au site de rencontres, l’espoir et peut être le désir

de rencontrer toujours quelqu’un de mieux, qui provoque beaucoup de souffrance

chez beaucoup de personnes, hommes et femmes. Et ainsi la confiance se rompt

et cela génère beaucoup de fragilité et de souffrance. Car les personnes doivent se sevrer,

et je pèse mes mots quand je parle de sevrage, car c’est une véritable drogue actuellement.

En plus de cela, vous racontez subir une maltraitance verbale et physique.

Or personne n’a le droit de vous traiter comme cela ! Avez-vous été maltraitée

dans votre famille pour accepter cette situation et peut être répéter inconsciemment ce schéma ?

Vous dites qu’il est très colérique avec vos filles aussi et exprimez votre crainte qu’elles grandissent

sans aucune confiance en elles : le climat que vous décrivez n’est pas très favorable aux enfants,

car vos filles doivent sentir ce qui se passe, elles assistent aussi à cette violence verbale
et physique et cela est très violent pour elles. Elles doivent en effet avoir très peur que cela dégénère
et elles ne seront peut-être pas épargnées. Elles sentent aussi que vous êtes malheureuse,
que vous avez perdu votre spontanéité, c’est-à-dire que vous n’êtes plus vous-même, car vous vivez dans la peur.

Ce schéma n’à rien avoir avec un mariage heureux que tout un chacun espère en s’unissant à quelqu’un.

L’homme comme la femme ont l’obligation de réunir toutes les conditions favorables pour être épanouis
et heureux, sinon mieux vaut être seul-e ! Qu’en pensez-vous ?

Votre mari ne manifeste apparemment aucun signe de gratitude ni de reconnaissance vis-à-vis de vous,

alors que vous lui avez rendu un grand service, d’abord en acceptant sa situation irrégulière,

et puis en lui faisant confiance, en vous mariant avec lui et en le rendant père.

A aucun moment vous ne parlez de votre famille ! Sont-ils dans votre pays?

Quels liens avez-vous avec eux ?

Pensez-vous que vous pourrez vous confier à votre père pour qu’il parle à votre mari
et remette les limites dont vous parlez, et renouer avec les valeurs morales de votre famille que vous décrivez ?

Vous semblez très isolée avec vos problèmes et cela n’est pas juste ni pour vous ni pour vos enfants,

ne restez pas sous le diktat de cet homme, c’est important de mettre la loi entre vous c’est-à-dire
le respect des limites.

Si vous ne pouvez pas en parler à votre famille, allez consulter un thérapeute ou un médiateur.

Il est urgent que vous réagissiez à cette situation intolérable pour quiconque. Bon courage.
Source:Saphirnews.com

Laisser un commentaire