NAJWA: « MES ENFANTS ME FONT PAYER DUREMENT MON DIVORCE AVEC LEUR PERE»

J’ai la cinquantaine et je suis mère de deux grands enfants. J’ai divorcé en 2015 après une vie commune de 23 ans. Mon ex-mari est médecin et a toujours vécu sur mon dos. J’étais l’homme et la femme en même temps, je m’occupais de mes enfants, de leurs études, de leur habillement, de leurs sorties… de tout, en somme quand lui ne s’occupait de rien. C’est à peine s’il participait à faire quelques courses. Le reste des charges de notre foyer, c’était moi-même qui m’en occupais. 

Cet homme m’a trahi. Au début de notre mariage, nous avons habité chez ses parents, dans une chambre. Mon père m’a acheté un appartement, un trois-pièces, mais mon ex-mari n’a jamais voulu y habiter, laissant ses enfants grandir dans une pièce. Un jour, il m’a demandé de vendre l’appartement puisqu’il était à mon nom pour acheter un deux-pièces. J’ai accepté mais, le jour de la vente et de l’achat, il s’est rendu tout seul au rendez-vous et a mis le nouvel appartement à son nom. J’ai pleuré mais j’ai accepté mon sort. 

Les problèmes ont continué. Mon ex-mari devenait nerveux, il ne parlait plus à mes enfants et à moi-même. Mon père décède, j’ai eu un héritage, et mon ex voulait l’utiliser pour acheter un deuxième appartement, ce que j’ai refusé. Il a alors fait la tête. Je me suis payée un voyage en Turquie à deux reprises avec mon fils et ma fille, il faisait toujours la tête et devenait de plus en plus méchant. 

J’ai supporté cela pendant trois ans. J’ai eu un kyste de l’ovaire avec ablation. C’est ma mère et ma sœur qui se sont occupées de moi, lui m’a jeté à l’hôpital. Une fois rétablie, je suis devenue une autre. C’était fini, je ne ressentais plus rien, je priais et pleurais. J’ai alors demandé le divorce. Bien sûr, il ne m’a pas cru et a essayé de tout faire pour me faire revenir sur ma décision. J’ai refusé car, pendant des années de vie commune, il n’existait plus rien entre nous, nous vivions comme deux étrangers à la maison. Mes parents m’ont toujours soutenue en m’aidant avec de l’argent et autre car, à mon premier enfant, j’ai arrêté de travailler pour élever mes enfants. 

Une fois divorcée, j’ai rencontré un homme divorcé avec deux enfants comme moi. Je me suis remariée à 50 ans, et j’habite dans son pays, à l’étranger. Mes enfants m’en ont toujours voulu à cause de mon remariage. Je les ai suppliés de venir avec moi, mais ils pensaient que j’allais revenir avec leur père. Mes enfants n’arrêtent pas de m’insulter, de me rendre la vie difficile. Je n’en peux plus. Je suis mon destin et je suis très croyante, donc je tiens le coup mais, parfois, je lâche. Coup après coup. 

Mon mari actuel travaille dans la construction, donc, parfois, je suis seule et cela peut durer un mois, cela dépend de ses missions. Plusieurs années après mon remariage, j’essaye de garder le contact avec mes enfants mais ils m’insultent tout le temps. Je les aime mais, à chaque fois, ils me brisent le cœur. Pendant le mois du Ramadan, j’ai eu mon bol d’insultes. Mes enfants vivent avec mon ex-mari dans l’appartement qu’il m’a volé, en le mettant en son nom, mais je me dis que c’est l’appartement de mes enfants, que mon ex aura affaire à Allah car j’ai toujours été honnête et soumise à Lui. Je ne lui pardonnerai jamais. 

Aujourd’hui, je n’en peux plus. Mon second mari est gentil avec moi mais son travail est très prenant, je ne sais plus comment faire.

La psychanalyste

Chère Najwa, 

Quel drame vous racontez ! Quelle vie de sacrifice, de trahison et de malheur. Heureusement que votre corps vous a sauvé en fabriquant ce kyste et que cette opération vous a réveillée à votre mort-vie sinon vous y seriez encore et alliez droit vers la dépression ! 

Vous décrivez votre ex-mari comme un profiteur, un traître, trop centré sur lui-même, sur son métier de médecin, dévoué au service des autres mais nullement envers sa femme et ses enfants. Et trop centré sur votre argent. Vous dites que, jamais, il ne vous a aidé avec les enfants, ni s’est occupé d’eux ou de leurs études, ni participé aux dépenses du ménage, qu’il accepté de vivre sous le toit de ses parents dans une chambre pour toute la famille. 

Je vous félicite d’avoir pris la décision de divorcer, de refaire votre vie. Au moins, si votre actuel mari est absent pour son travail, il ne vous maltraite pas comme votre ex-mari. 

Vos enfants n’ont pas le droit de vous traiter comme ils le font. Ils sont adultes maintenant et, s’ils ne comprennent pas votre souffrance, c’est qu’ils sont aussi égoïstes que leur père et il n’y a rien à en tirer. Il est grand temps que vous puissiez avoir et jouir d’un peu de bonheur après tous ses sacrifices non reconnus ni par votre ex-mari ni par vos enfants. Ne les appelez plus, laissez le manque faire son travail et là, peut-être, vos enfants vous appelleront pour prendre de vos nouvelles et vous respecteront car ils sauront alors apprécier votre valeur. 

Vous donnez trop aux autres et ne pensez pas suffisamment à vos besoins, à vos désirs, à votre propre vie. Il est donc grand temps que vous vous occupiez de vous-même. Vos enfants sont adultes et ont leur vie à vivre, ils n’ont absolument pas le droit de s’immiscer dans la vôtre et vous manquer de respect. En fait, quand on ne se respecte pas, on autorise les autres à nous manquer de respect aussi. 

Essayez de trouver d’autres activités en dehors de votre travail, comme ça, quand votre mari est absent, vous ne tournez pas que vers vos enfants. Il faut que vous appreniez à être heureuse toute seule, pour être heureuse avec un homme ou quelqu’un d’autre. 

Prenez soin de vous, profitez de la vie, fréquentez des groupes de parole de femmes. Allez consulter un psychothérapeute, je pense aussi que cela vous aidera vraiment à sortir la tête de l’eau, à comprendre votre histoire et à commencer à vous aimer, à vous respecter et à prendre votre place dans ce monde, vous y avez droit.

SaphirNews

Laisser un commentaire