MONA : « APRÈS DES ANNÉES DE MARIAGE ET DE MALTRAITANCE, J’AI FINI PAR LE QUITTER MAIS C’EST DIFFICILE »

Pendant les cinq premières années de mon mariage, je ne faisais que fuir le domicile conjugal. Je n’étais pas heureuse. Très vite, mon époux voulait tout contrôler, l’argent du couple, mes sorties. Il m’était même interdit de partir en weekend avec ma mère et mes sœurs.

Peu à peu, il m’a isolée au point qu’il s’autorisait à choisir mes amies – les femmes de ses copains – et, surtout, il était violent, verbalement au début. Il me rabaissait, m’insultait parfois, m’humiliait. Quand ça n’allait pas comme il voulait, il criait, hurlait encore et encore. Et je ne supportais plus ses accès de colère. Il criait, par exemple, quand je n’avais pas rangé la viande au congélateur, quand je n’avais pas essuyé l’eau par terre ou encore quand la chorba n’était pas à son goût. Là, il pouvait lancer la casserole et la chaise à travers la cuisine.

Puis il a été violent physiquement. En 13 ans de mariage, il m’a frappé deux fois (gifle, étranglement, menaces de mort). Mais, pour moi, c’était deux fois de trop. J’étouffais, j’étais prisonnière d’une relation où il n’y avait plus d’amour de mon côté, car il m’a fait trop de mal.

Je l’ai quitté plusieurs fois et, à chaque fois, je revenais. Nous avons organisé deux réconciliations avec un imam et, à chaque fois, il acceptait toutes mes conditions, promettait de ne plus recommencer mais, dés que je retournais à la maison, ma vie ne changeait pas.

Après la première réconciliation avec l’imam, nous sommes allés à l’hôtel. Je prenais ma douche quand il est entré dans la salle de bain. Les toilettes et la douche sont dans la même pièce. Il est passé devant les toilettes et m’a rejoint dans la douche et, là, il a uriné dans la douche j’ai senti son urine sur mes pieds. Je me suis effondrée dans la salle de bains en pleurant toutes les larmes de mon corps.

Nous venions de nous réconcilier et lui, la première chose qu’il fait, c’est de m’uriner dessus. C’était une humiliation insupportable. Il ne m’a jamais demandé pardon pour cet acte inhumain et c’est difficile à croire mais, même après ça, je n’ai pas réussi à partir. Je suis resté 13 ans avec lui et quatre enfants. Lorsqu’il a essayé de me frapper une troisième fois, je l’ai quitté.

Je vis seule aujourd’hui avec mes quatre enfants. Il a remué ciel et terre pour que je revienne et m’a harcelé mais j’ai tenu bon et engagé une procédure de divorce. Je ne l’aime plus car il m’a fait trop de mal. Je regrette d’être restée aussi longtemps et surtout d’avoir fait quatre enfants avec cet homme. Aujourd’hui, je me débrouille seule avec mes enfants, c’est dur. J’essaie de tourner doucement la page mais il a eu une telle emprise sur moi que c’est parfois difficile.

La psychanalyste

Chère Mona,

Ce que vous décrivez est juste insupportable pour n’importe quel être humain : manque de respect, beaucoup de sadisme et de volonté de contrôle et une très grande violence ! La meilleure solution que vous ayez prise c’est de sauver votre peau et celle de vos enfants de cet homme malade et pervers.

« Pendant les cinq premières années du mariage, je ne faisais que fuir le domicile conjugal. Je n’étais pas heureuse. » Cependant, plusieurs questions me viennent : comment se fait-il que vous vous êtes mariée avec cet homme ? Etait-ce un mariage de raison arrangé par votre famille ou la sienne ? Ou les deux ? L’aviez-vous rencontré avant de vous marier ? Fréquenté ? Ou était-cela la pression familiale de fonder un foyer ? D’avoir des enfants qui vous a poussé dans cet enfer ?

Les cinq premières années, en général, sont les meilleures. Si on a choisi son conjoint, on apprend à le connaitre, à s’harmoniser avec lui, à se découvrir mutuellement sur le plan érotique et sexuel, à faire des projets de couple, d’enfants, etc. Mais vous écrivez que vous fuyez tout le temps le domicile conjugal. Pourquoi n’avez pas décidé de mettre fin à cette relation puisque, très vite, vous vous êtes aperçue que cela ne vous convenait pas ? Avant de faire quatre enfants qui sont victimes aussi de cette violence, de votre séparation avec leur père maltraitant ?

Très vite, il voulait tout contrôler, comme si vous étiez son objet, quelque chose qu’il a acheté et qu’il veut décider de tout : l’argent, les amis, votre famille, vos sorties, et ce mariage se révèle finalement comme une prison pour vous.

Vous écrivez que vous l’avez quitté plusieurs fois, et revenu après ses promesses de changer mais cela n’a fait qu’empirer. L’épisode de la douche est particulièrement dégradant et humiliant. Pourquoi une telle violence ? Ce total manque de respect mais aussi d’éducation ? Il a certainement son histoire et a dû être humilié, maltraité… Je ne veux pas l’excuser, c’est juste pour que vous puissiez prendre un peu de distance. Il aurait fait la même chose avec une autre femme, il doit nourrir une haine contre les femmes. Il a peut-être aussi été trahi, avili par son père, sa mère ou les deux. Qu’en pensez-vous ? En tous les cas, vous n’avez pas à subir cela, ce n’est pas votre responsabilité, mais de la sienne.

Je pense que vous avez sauvé votre peau et celle de vos enfants. Un homme qui frappe une fois recommencera toujours. En général, ce sont des impuissants de la parole, qui ne savent pas communiquer verbalement et, du coup, c’est plus facile de s’attaquer à plus fragile que soi.

Vous êtes restée quand même 13 ans avec cet homme, pour vos enfants j’imagine, mais, croyez-moi, les enfants souffrent terriblement quand il y a de la violence entre les parents. Ils sont terrorisés car ils savent qu’après leur mère, c’est eux qui subiront cette maltraitance.

Bien sûr que c’est dur de gérer toute seule quatre enfants, mais ce monsieur est malade, il vous tenait sous sa coupe et aurait pu aller plus loin encore si vous étiez restée. Surtout, tenez bon, je ne sais pas quel âge vous avez mais vous pourrez d’abord vous reconstruire, car subir tout cela laisse des traces, et reconstruire une vie de famille avec un homme respectueux qui saura vous protéger et vous sécuriser, car il n’y a pas pire que de vivre sous la menace et la peur.

« J’essaie de tourner doucement la page mais il a eu une telle emprise sur moi que c’est parfois difficile. » Bien sûr, chère Mona, que vous étiez sous emprise. Cet homme est un manipulateur, il a commencé par vous isoler pour mieux vous contrôler et faire de vous son objet. Bravo car, malgré votre patience de 13 ans auprès de cet homme, vous avez réagi et l’avez quitté.

C’est pourquoi il est fondamental que vous puissiez vous faire accompagner pour comprendre les raisons profondes qui vous ont poussé dans les bras de cet homme et surtout ne plus jamais recommencer. Bon courage.

SaphirNews.com

Laisser un commentaire