LYANA: « DEPUIS QUE MON MARI S’EST MIS A « PRATIQUER L’ISLAM », C’EST DEVENU L’ENFER»

Je suis mariée à un musulman depuis 18 ans. Lorsque je l’avais rencontré, il n’arrêtait pas de sortir avec des potes, d’avoir des histoires avec des filles, l’alcool, les mensonges… Moi, j’étais convertie à l’islam, je pratiquais sans être voilée. Nous avons eu deux enfants mais, malgré tout, il désertait très souvent avec l’excuse qu’il est un homme.

Depuis l’an passé, une déception amicale lui a mis une grosse claque. Depuis, il s’est mis à changer. Mon mari a décidé de ne plus venir aux repas de Noël chez mes parents, de ne plus fêter les anniversaires, même pas ceux de mes parents. Après un retour de Dubaï, il souhaite se consacrer à la religion et pense même à s’installer là-bas afin de porter son qamis et d’écouter l’adhan… sans se soucier de mon avis, de mes parents desquels je suis très proche.

Il ne parle que de religion. A son retour de La Mecque, il a visité tous ses proches et nous, nous l’attendions toute la journée. Toute la nourriture et les préparatifs pour sa venue… pour rien.

Il part du principe qu’en tant que musulman, je dois lui obéir mais que lui, étant l’homme, fait ce qu’il veut. En plus, je ne suis pas la pratiquante que lui attend désormais. Il s’obstine à me rabaisser en me disant que je ne suis pas celle qu’il a connu, qui cachait ses fesses avec un pull par exemple… Effectivement, je me couvrais beaucoup auparavant mais les histoires de filles, les films « bizarres » qu’il regardait à la télé et que j’ai découvert au fil des ans m’ont poussé à moins me couvrir. Cependant, je suis toujours habillée dignement, jamais dans la provocation.

Je suis dans une impasse. J’aspire à une vie religieuse mais pas dans cet état d’esprit. Personne ne nous visite, nous ne recevons plus personne, il a pris en grippe ma petite famille que j’ai pour des broutilles. Il s’est rapproché de sa famille depuis. Sa maman baigne dans le grigri et la pratique religieuse discriminatoire, à savoir que si on est musulman et que « ça ne se voit pas », on n’est pas des musulmans… Je lui ai pardonné l’impardonnable mais aujourd’hui je suis lasse de cette dureté… mais mon mari suit son chemin.

Moi, j’ai besoin d’un islam de tolérance, d’amour, de partage… les restrictions, son attitude d’homme punissant sa femme par l’indifférence me fatigue ! Mes parents vieillissent et lui ne donne vraiment pas l’image d’un homme stable et aimant. Je suis perdue, et j’ai impression d’être une mauvaise fille ! J’ai toujours été très amoureuse de lui mais, à ce jour, il n’est plus l’homme que j’ai aimé… Je souffre ! Merci pour votre aide.

La psychanalyste

Il se dégage beaucoup de respect de votre lettre. Au niveau de votre relation avec votre famille déjà, qui a respecté votre décision de vous convertir et qui continue à avoir un lien privilégié avec vous et votre mari, mais aussi à avoir beaucoup de maturité dans l’attitude adoptée avec cet homme.

Vous avez accepté et pardonné toutes les errances et les erreurs de votre mari musulman, non pratiquant au début comme vous l’écrivez. Comme une maman qui garde un œil sur son adolescent qui fait ses expériences, et pardonne tout quand il revient. Ceci révèle aussi une grande capacité d’amour et d’empathie de votre part. En contrepartie, vous ne bénéficiez ni de respect, ni de tolérance ni de partage de la part de cet homme que vous avez aidé à se construire et à retrouver le droit chemin.

Comme vous l’écrivez, l’islam est une religion « de tolérance, d’amour, et de partage ». L’époux a des devoirs et des obligations envers son épouse comme elle d’ailleurs. Il lui est demandé de traiter son épouse avec équité et respect, et non pas de la rabaisser comme vous l’avouez, et de la maltraiter.

« Son attitude d’homme punissant sa femme par l’indifférence me fatigue ! » La religion est quelque chose d’intime, c’est entre soi et son Dieu, et personne n’a le droit de punir ou de juger l’autre, même pas au sein d’un couple. Malheureusement, cela se passe autrement dans beaucoup de couples et la femme est considérée comme un objet écervelé qu’on doit surveiller, punir et garder sous clé parfois !

Cela n’est pas juste ; il me semble que cet homme montre beaucoup d’ingratitude à votre égard et à l’égard de vos parents. Vous l’avez soutenu et lui se comporte comme un gougeât. En plus, il cherche à vous isoler pour mieux vous contrôler, ne vous laissez pas faire. Il veut prendre les décisions tout seul alors que vous êtes un couple, il veut vous dicter sa loi au nom de l’islam !

Il me semble que, dans un premier temps il faut discuter avec lui, lui dire votre tristesse et votre désarroi face à son attitude depuis qu’il s’est « converti à l’islam ». Peut-être pourriez-vous consulter un tiers, un thérapeute familial ou un médiateur de couple, c’est plus facile de discuter en présence d’un tiers. Et s’il s’y oppose, vous pourriez envisager une période de séparation peut-être pour qu’il se rende compte de votre valeur et de tout ce que vous lui apportez. Qu’en pensez-vous ?

Il est inconcevable d’accepter tout au nom de l’amour, il finira peut-être par vous imposer une deuxième femme au nom d’une religion qui l’y autorise.

Prenez conscience de votre valeur, de vos valeurs et de votre grande capacité d’amour, d’ouverture de tolérance et de pardon. La vie est un échange : donner et recevoir. Si cet équilibre se rompt, elle devient une vraie torture pour celui qui donne mais qui ne reçoit jamais. Sauvez votre peau et celle de vos enfants, vous le méritez. Et puis ce fanatisme pourrait mener à l’irréparable.

SaphirNews

Laisser un commentaire