LES AUTRES & MOI/ RUPTURES DES RELATIONS AMICALES : COMMENT SE RÉCONCILIER ?

L’amitié est sacrée mais peut connaitre des ruptures

L’amitié est sacrée nous dit-on. Appliquant ce principe communément admis, nous avons et continuons de construire d’intenses liens amicaux avec les autres. Ces liens d’amitié sont souvent si forts qu’on ne s’étonne même pas d’entendre certaines personnes nommer « frères » ou « sœurs » d’autres individus avec qui ils n’ont pourtant aucuns liens de fraternité au sens propre du terme. Et pourtant, cette « fraternité » de circonstance, à l’instar des autres formes de relations sociales, peut être amenée à se dégrader au point où le « frère » d’hier peut se transformer en l’ennemi le plus farouche. Qu’est-ce qui pourrait expliquer le passage d’une relation d’amitié à une situation d’inimitié ?

….À cause de nos antagonismes mal négociés

Pour le savoir, il faut revenir aux origines de la relation amicale et de la rupture elles-mêmes. Concernant la construction d’une amitié, disons que tout comme le choix du conjoint, elle se réalise sur la base d’affinités ou d’intérêts réciproques entre deux individus. En clair, le choix de deux individus d’établir une amitié n’est pas naturel dans la mesure où il est fondé sur la perception de partage de valeurs mutuelles entre les deux parties et/ou d’intérêts matériels ou symboliques que ces deux parties pensent pouvoir tirer de leur relation amicale. Partant, la relation amicale peut se renforcer ou s’affaiblir au gré de la fluctuation des formes d’intérêts que chaque partie pense pouvoir tirer de sa relation avec l’autre.

Cette fluctuation des formes d’intérêts peut se réaliser à l’occasion du conflit (divergences d’opinions, offenses etc.) qui, rappelons-le, est consubstantielle à toute relation humaine. Concrètement, si mon amitié avec X est déterminée par ma perception qu’il serait quelqu’un de sage, cette amitié avec X pourrait être remise en cause le jour où, à l’occasion d’une divergence de point de vue, je verrais X troquer sa tenue de sagesse contre celle de la violence. De même, si X s’était lié d’amitié avec moi parce cela lui permettait de bénéficier de certains avantages, il y a de fortes chances que notre relation soit remise en cause le jour où, à l’occasion d’une mésentente, je cesserais de lui donner accès auxdits avantages.

Au regard de ce qui précède, on se rend compte que les relations amicales ne sont ni naturelles ni immuables. Elles sont construites et peuvent donc connaitre des mutations, passant rapidement de l’harmonie au tumulte (et vice versa) au gré des attitudes, des valeurs et des intérêts divergents abhorrés par les uns et les autres. Comment alors pourrait se faire une réconciliation entre deux amis en rupture de ban l’un vis-à-vis de l’autre ?

Que faire ?

Lorsqu’à la faveur des aléas de la vie, surviennent des antagonismes entre deux individus liés par une relation amicale, ceux-ci ont le choix entre étouffer le conflit (ne pas en parler en pensant qu’il se résorbera de lui-même) et entrer en négociation (par l’intermédiaire de médiateurs et/ou par des échanges directs). En tout état de cause, quel que soient la durée, la nature et les causes d’une rupture amicale, il est toujours possible de parvenir à une réconciliation pourvu que l’un des esprits en conflit entame une négociation et que l’autre partie accepte la main ainsi tendue.

Abidjan.net

Laisser un commentaire