LA PROSTITUTION AU MAROC,UN TABOU PRESENT DANS D’AUTRES PAYS MUSULMANS

Dimanche 19 juin, TF1 diffusait un reportage sur la prostitution à Marrakech. Dévoilant une véritable industrie,

ce phénomène social apparaît comme un tabou. Mais si c’est le Maroc qui est désigné dans le documentaire,

c’est un monde musulman entier qui est concerné par cette question.

Le film « Much Loved » a voulu en parler mais…

Il y a quelques mois, Nabil Ayouch sortait son nouveau film « Much Loved ». Il s’agissait de mettre en lumière

la prostitution au Maroc. Tandis qu’il aurait pu se focaliser complètement sur des portraits de femmes afin de

comprendre pourquoi elles avaient choisi cette voie de débauche, Nabil Ayouch a livré un long métrage vulgaire

voire pornographique. Tentative donc complètement ratée alors que cette question sociale aurait mérité un meilleur

traitement. L’équipe du film est devenue paria au Maroc mais Loubna Abidar, actrice principale, était présente au

Festival de Cannes. D’ailleurs depuis c’est en France qu’elle vit. « Much Loved » a été encensé par beaucoup car

levant le voile sur un tabou qui est connu de tous au Maroc mais que tout le monde tait. Des quartiers dans certaines

villes dont notamment Marrakech sont connus pour abriter la prostitution.

Une solution pour fuir la misère ?

Dans les images diffusées sur TF1, on voit apparaître plusieurs profils de femmes. La diplômée sans emploi pensant

se prostituer seulement quelques mois avant finalement de ne plus pouvoir s’éloigner de ce milieu. Elle a un fils dont

elle doit s’occuper financièrement. Une autre jeune fille à peine la vingtaine a perdu son père et ses études onéreuses

l’ont forcée à stopper sa scolarité. Elle ment à sa famille prétextant travailler dans un hôtel. Ces deux profils

représentent de nombreux femmes au Maroc. Des difficultés sociales influencent alors à se tourner vers

la prostitution. Car en un soir est gagné ce qui représente des mois de travail ailleurs. Cependant, pointer

uniquement du doigt le Maroc serait totalement hypocrite.

Tout le monde musulman est concerné

D’après la Fondation Scelles qui combat l’exploitation sexuelle, ce fléau touche d’autres pays musulmans. A Tichy,

en Algérie, comme à Béjaïa, un tourisme sexuel existe. La Libye mais aussi la Tunisie et l’Egypte en sont gangrenés.

Au Moyen-Orient, et au-delà avec notamment le Pakistan, l’Afghanistan, la prostitution a sa place mais on la tait.

Ces pays ont pourtant des législations basées sur le droit musulman. Des peines de prison existent, des sanctions

financières aussi mais la corruption est également monnaie courante. Qui est alors en tort ? Ceux qui vendent

leurs corps ou les forces de l’ordre qui avec un pot-de-vin donnent leur accord ? Pourquoi donc les sociétés

musulmanes refusent-elles de voir la vérité en face ? Elles ont sur leur territoire des femmes tout comme

des hommes qui se prostituent. L’admettre aiderait à lutter contre ce qui est un véritable fléau.

Sans oublier que cette prostitution inclut de nombreux touristes étrangers, souvent occidentaux.

Rêvant de vacances, de soleil et de débauche… comme s’ils ne pouvaient pas faire ça dans leur pays !

Source:Katibin.fr

Laisser un commentaire