J’AI PAS RATÉ MA VIE : J’AI DIVORCÉ

J’ai quelque chose comme un poids sur le cœur qui est

venu oppresser ma situation car voilà : j’ai divorcé. 

C’est vrai que ça fait bizarre de le lire : J’AI DIVORCE.

just-divorced-556x200

Force est de constater que de nombreuses émotions et réactions

entourent le divorce mais que ressentent les principales

intéressées ?


SUPPORTER LES REGARDS


« En fait ma séparation c’est une chose, c’est toute une histoire,

c’est un mariage, une union, puis quelque chose c’est décousu dans

mon couple mais là n’est pas la question car autre chose de plus

pesant est venu se greffer depuis que je suis officiellement

une femme divorcée. A vrai dire le réel souci pour moi à ce jour

c’est ce statut. Il semblerait qu’être divorcée s’apparenterait à avoir

raté sa vie et je n’ai de cesse de répéter à qui veut bien l’entendre :

« Non : je n’ai pas raté ma vie j’ai juste divorcé ! ».

En tout état de cause cela ne suffit pas, je sens ce regard

lourd qui ne s’apparente guère à de l’empathie, je sens

une forme de pitié à mon égard. Et cela me dérange.

Je sens d’autres regards aussi, certains ont un ton

accusateur comme si je n’étais pas digne du mariage comme

si j’avais accentué volontairement les statistiques alarmantes.

D’autres encore me regardent avec de la peur, comme si j’étais

contagieuse. J’ai également le droit à ce regard méfiant ce même

regard de personnes si proches de moi il fut un temps, qui me

regardent comme une menace pour leur couple ! Être

divorcée c’est donc devoir porter tout cela ? Pourquoi donc ? N’ai-je

pas déjà assez à faire avec ma propre histoire, mon propre regard

pour supporter, rassurer, conseiller, recadrer les vôtres ? On me

dit qu’il faut le vivre comme une étape à passer et lorsque j’essaye

de me concentrer sur la manière dont je dois appréhender tous ces

changements dans ma vie je me retrouve parasiter par bons

nombres d’idées reçues.

Finalement il serait temps qu’on se le dise : le divorce ne

marque pas de manière irréversible les gens au fer

rouge «  il ou elle a raté sa vie ». »


DIVORCEE ET FATIGUEE


couple getting divorced
couple getting divorced

« Je suis fatiguée. Je suis divorcée

et fatiguée. J’aimerais utiliser

mon énergie ailleurs, j’aimerais aller de l’avant.Il

faut que j’aille de l’avant. Oui mais

comment ? Mes enfants sont

regardés comme les futurs cas sociaux, JE suis regardée comme

une tare un poids une erreur de la société : tout cela à cause d’un

divorce ?

J’aimerai me dire que j’ai le droit d’y croire. Parfois je me sens

fragile et je trouve ça tellement difficile de faire la forte et tellement

plus difficile lorsqu’on pose des mots, des regards lourds sur

moi : cela me ralenti et peut être même m’empêche

d’avancer. Je suis fatiguée de devoir me justifier sur mes choix de

vies comme si être seule discréditait la femme que je fus, la mère

que je suis et la femme et mère que je serai.

J’aimerais leur dire je n’’ai pas raté ma vie j’ai divorcé et

j’aimerais leur dire que ce ne sont surtout pas de vos aides

saupoudrées d’inquiétudes de jugements qui vont m’élever. »


BESOIN DE NOUVELLES PERSPECTIVES


« J’ai entendu parler d’un événement, il s’adresse à moi je crois, je

ne sais pas si je vais y aller car je ne sais même plus ce qui est bon

pour moi…J’aimerais juste retrouver confiance en moi, il

paraît que cette rencontre sur le divorce est susceptible de

répondre à certaines de mes problématiques. Il m’est difficile

d’aborder ce thème autour de moi sans tomber dans les inlassables

thèmes de la garde des enfants, de la pension, de la place du père

ou encore des raisons qui m’ont mené au divorce. Je tourne en

rond. J’ai besoin de concret, car je ne suis pas un chiffre

statistique, je suis sur le terrain, le terrain de ma vie, je le laboure

difficilement parfois mais toujours avec la foi.

J’ai besoin de constructif, j’ai besoin d’aller de l’avant alors cet

événement sur le divorce je pense que je vais y aller, je pense que

d’écouter d’autres personnes en parler me permettra de voir

d’autres perspectives. Et puis de toute façon si je ne prends

pas soin de moi la première : qui le fera ? »

Source:imanemagazine.com

Laisser un commentaire