DUBAÏ: UN BÉBÉ IRAKIEN AVEC UN DEMI-HEURE SURVIT GRACE AUX ONG

Staish Azad Khalil, deux ans, est née dans la zone de conflit d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien qui est dans la tourmente depuis la fin de 2003. Quand Staish n’avait que trois mois, elle commençait à virer au bleu de temps en temps, avait observé sa mère.

Les médecins ont constaté que le bébé souffrait d’un problème cardiaque congénital complexe. Et pour qu’elle reste en vie, une opération du cœur était nécessaire de toute urgence.

Son état s’est détérioré : elle virait fréquemment au bleu et avait du mal à respirer correctement. Sa famille, comme beaucoup d’autres dans la zone, se débattait. Ils ont perdu leur maison et bon nombre de leurs proches – et ils n’avaient aucun soutien financier pour procéder à l’opération.

C’est là que la Fondation humanitaire Bring Hope (BHHF), une ONG suédoise ayant une antenne internationale à Dubaï, est intervenue. L’organisation s’est associée à la société de responsabilité sociale des entreprises (RSE) basée à Dubaï, The Lighthouse Cohort (TLC), pour lancer ’ Cœur de l’espoir au Kurdistan irakien.

L’initiative avait un objectif clair : aller au-delà de la mise en œuvre des chirurgies pédiatriques existantes. Au cours de sa première phase, Heart of Hope s’est concentré sur les chirurgies cardiaques.

« Nous voulions faire un effort bien informé et axé sur le processus pour améliorer l’accès opportun aux services de soins de santé tertiaires dans les scénarios d’après conflit », a déclaré Aishwarya Joshi, consultante de projet pour BHHF, à Khaleej Times.

Le projet vise à fournir un meilleur soutien collatéral aux bénéficiaires ; à traiter les listes d’attente d’enfants existantes au moyen d’évaluations rapides ; et à identifier les enfants méritants âgés de 0 à 10 ans qui appartiennent aux communautés de réfugiés, de personnes déplacées et défavorisées. Le projet est conforme aux autorisations et le soutien du ministère de la Santé à Erbil.

Après des évaluations médicales et juridiques pertinentes, trois cas officiellement approuvés ont été envoyés en Inde, en partenariat avec l’ONG indienne Diya Global Foundation (DGF), également agréée par Dubai International Humanitarian City.

Avec Staish, deux autres mineurs d’Erbil – Naveen Yaseen, sept ans, et Bushra, huit mois, tous deux atteints de maladies cardiaques au stade avancé – ont été retenus pour les chirurgies gratuites à l’hôpital Sir Ganga Ram (SGRH). ) à New Delhi. Cependant, Bushra est décédée le jour de son visa et de l’approbation de son billet.

Une équipe de spécialistes en cardiologie pédiatrique de la SGRH a examiné Staish et a constaté que la moitié de son cœur avait disparu depuis sa naissance.

Après des études d’échocardiographie et de cathétérisme cardiaque, il a été garanti qu’une option chirurgicale pourrait être proposée. Staish a subi la première étape de sa procédure sans aucune complication.

Elle a pris l’avion pour rentrer chez elle pour célébrer la fête de l’Aïd avec le reste de sa famille et elle est revenue pour la dernière étape de son opération après quatre ans.

« De tels efforts de collaboration entre deux organisations internationales à but non lucratif, ainsi que des conseils inconditionnels, l’hospitalité et la volonté d’aider, sont une étape indispensable », a déclaré Abdul Kareem Mohammed Yaseen, le père de Naveen, dans un témoignage.

Le succès du projet pilote destiné aux communautés iraquiennes pauvres a alimenté les efforts de BHHF, de DGF et de TLC, non seulement pour faciliter le traitement de ces « enfants de guerre oubliés », mais également pour permettre à davantage de personnes déplacées et de réfugiés d’accéder à l’avenir.

La SGRH a également promis de jouer un rôle déterminant dans le développement de ces efforts et en les rendant plus efficaces en matière de dépistage des enfants à Erbil et de formation des médecins intéressés.

Laisser un commentaire