CLOÎTRE(E) CHEZ SOI: COMMENT VAINCRE SA PEUR ET SON ANGOISSE

Le confinement est l’occasion idéale pour renforcer les relations familiales, apprendre à écouter l’autre et être sensible à ses émotions et pourquoi pas se porter volontaire (pour les jeunes et célibataires) auprès des associations qui aident l’Etat à faire face à cette épidémie.

Pas moins de trois milliards de gens dans le monde sont confinés chez eux. Situation oblige, la propagation de la «pandémie», ou le coronavirus (Covid-19), a manifestement changé le mode de vie de l’être humain. On parle aujourd’hui de la distanciation sociale (néologisme), confinement et isolement, qui sont devenus désormais les règles que doit respecter chaque être humain pour rester en vie !

Ce changement brusque qui a bouleversé le monde a des impacts négatifs sur la psychologie de l’être humain. Pour mieux gérer son stress, son anxiété, pour pouvoir surmonter cette épreuve dure à supporter, le Dr Sofiène Zribi , psychiatre, nous éclaire davantage sur les impacts négatifs du confinement sur la vie des couples, des familles, des célibataires… de l’être humain et nous donne des conseils pratiques pour «accepter» le confinement.

«Le confinement est vécu comme un changement de son mode de vie, de ses relations, un changement par rapport à la projection de l’individu sur son futur… La différence avec l’emprisonnement est que la prison est forcée, dictée par la loi, alors que le confinement est un acte collectif, mais sa durée est floue», nous explique le médecin.

Et d’ajouter : «Le propre du confinement, c’est qu’on s’enferme volontairement chez soi. C’est ce qu’il y a de particulier. Et pour les individus, le fait de se cacher est un signe de faiblesse».

Chacun réagira selon sa personnalité

Notre expert en psychiatrie explique que le confinement va, en effet, réveiller chez les personnes des problématiques psychologiques qui sont propres à leur personnalité. En effet, les personnalités anxieuses vont trouver que le confinement est une protection, mais le confinement va davantage augmenter leurs angoisses.

Les personnalités psychotiques (celles qui vivent en dehors du réel) vont au contraire aimer le confinement et retrouver une certaine sécurité derrière les murs de la maison. A l’inverse, les personnalités narcissiques vont souffrir du confinement et vont le vivre mal, ce qui risque de retentir sur leur entourage.

Dans ce sens, on peut dire qu’il n’y a pas de réaction universelle au confinement. Autrement dit, il n’y a que des réactions singulières qui dépendent de la personnalité de chacun. Plus le confinement se prolonge, plus on verra des réactions se développer. On note, par exemple, les réactions de peur (pour certaines personnes) et d’anxiété qui se manifestent par des symptômes physiques (avoir le souffle court ou l’impression d’étouffer) et qui peuvent être confondus avec les symptômes du coronavirus, ce qui peut encombrer les urgences et amène les gens à consulter inutilement.

Il y a notamment des symptômes purement psychologiques comme l’apparition du délire et d’hallucinations ou les réactions secondaires qui se manifestent par l’agressivité, la colère ou pis encore la violence.

Enfin, il faut noter également les réactions de déni qui poussent les gens à briser le confinement et sortir dehors, ce qui augmente le risque d’attraper le virus ou si, on est positif, de contaminer les autres.

Comment rendre le confinement acceptable

Pour que le confinement soit acceptable ou tolérable, le psychiatre recommande de rester actif et interactif en organisant son temps et en l’occupant de manière utile. On peut faire de la gymnastique douce chez soi , écouter de la musique, contacter régulièrement nos proches, pratiquer des jeux de société, en profiter pour lire, apprendre et se perfectionner dans une langue nouvelle, regarder des émissions télévisées qui nous font découvrir d’autres contrées, afin de nous inciter au voyage et à l’évasion dans notre imaginaire et nous faire oublier, ainsi, l’espace d’un instant, qu’on est confiné chez soi. Il est recommandé également d’essayer de limiter l’impact des mauvaises nouvelles et voir une seule fois les informations afin de ne pas angoisser.

On peut profiter du confinement sur le plan individuel pour s’enrichir culturellement et c’est aussi une excellente occasion pour renforcer les liens familiaux, améliorer la relation avec les enfants, apprendre à écouter l’autre et être sensible à ses difficultés et à ses émotions.

Pour les papas, c’est l’occasion de révéler leur talent culinaire en aidant leurs conjointes à mitonner de bons petits plats. Ils peuvent à l’occasion se faire aider par leurs enfants. Il est certain que les mamans apprécieront ce précieux coup de main, car il n’est pas supportable d’être continuellement au service des autres. L’un des principes du confinement réussi, c’est le partage des tâches ménagères et des devoirs.

Le spécialiste en psychiatrie ajoute que pour les personnes célibataires peuvent, par le biais d’internet et des réseaux sociaux, rester en contact avec leurs amis et proches et nouer de nouvelles amitiés et pourquoi pas se porter volontaire auprès des associations qui aident l’Etat à faire face à cette épidémie.

MSN.COM

Laisser un commentaire