ADOS : COMMENT GÉRER LA CRISE ?

Adolescence : ce mot qui fait trembler

d’angoisse les parents ! L’adolescence,

ce concept venu tout droit de l’imagination des

occidentaux et des psys voulant poser à tout prix

des mots sur chaque état d’âme et chaque changement

dans la vie. Quand on pense à l’adolescence,

on l’associe spontanément à « crise »,

normal, c’est rentré dans les mœurs

comme si c’était une évidence à laquelle

on ne peut échapper,  on en parle à tout va,

et une ribambelle de livres existent à ce sujet.

 Mais au fond, pourquoi l’adolescence

serait forcément synonyme de « crise » ?

chaussures

2 états en islam

En islam, nous ne distinguons que 2 sortes d’états :

« l’avant puberté » où l’enfant ne présente pas encore de signes

d’apparition de puberté, l est donc considéré comme impubère,

et n’est pas encore jugé responsable de ses actes ;

puis lorsque l’enfant devient pubère, il est considéré comme adulte

et donc responsable de ses actes. On ne peut bien sûr pas ignorer le

fait qu’entre ces deux stades s’écoule une transition assez longue,

marquée par des changements hormonaux importants, et

occasionnant en conséquent un tas de modifications physiques

chez la fille et le garçon.

Ces dernières  agissent naturellement sur leurs émotions et parfois

même leur façon de réfléchir, agir, et penser la vie.

Comment gérer ce cap ?

Entre trop « pressants » ou trop « détachés », les parents ont

souvent du mal à se situer et à savoir gérer au mieux ce stade.

Afin de ne pas en arriver à ce que l’on appelle communément

« la crise d’adolescence », entendons par là, les oppositions

systématiques aux parents, le fait de vouloir s’émanciper

physiquement d’une mauvaise manière (sorties impromptues),

le défi à l’autorité parentale, voire le manque de respect, etc.,

comprenons et accompagnons nos enfants vers cette vague

dès leur plus jeune âge !

Considérons notre enfant tel un compagnon,

dialoguons avec lui, créons une relation de complicité,

écoutons-le, comprenons-le, essayons de cadrer au mieux entre

le trop et le pas assez. Ne l’infantilisons pas ! Majeur problème

de nos sociétés modernes : à force de rentrer les enfants dans des

« cases » telles que « bébé », « enfant », « préadolescent »,

« adolescent » etc. on les rend immatures, car on les responsabilise

en fonction de ces cases préétablies, et non par rapport à leurs

réelles possibilités. Du coup, à  un moment donné, l’enfant devenu

« adolescent » se sent étouffé et a une soif d’affirmer qu’il n’est plus

un « bébé » mais un adulte, ce qui est vrai en tant que tel

si notre travail d’éducateur a bien été fait en amont…

Mais si ce n’est pas le cas, cette expression d’identité

sera faite de façon vive et maladroite et pourra dès lors les mener à

des conduites douteuses. Bref, créons dès sa naissance une relation

faite d’affection, d’échanges, de respect et de confiance.

Si vous avez acquis avant ce stade dit de l’« adolescence » un

rapport de qualité, il y a plus de chances pour que ce moment où

l’enfant n’est plus se fasse avec sérénité sans cette fameuse « crise ».

Nul n’est à l’abri malgré tout d’être éprouvé par Allah :

nous pouvons avoir fait de notre mieux et nous les voyons pourtant

basculer vers un état qui nous échappe, et nous rend impuissant

et démunis.

Musulmans d’aujourd’hui :

les enfants pris entre deux courants.

La difficulté pour nous, musulmans modernes, est que nous vivons

dans des pays où nos enfants sont bercés entre valeurs religieuses,

acquises au sein de leur cocon, et à un certain âge pour certains cette

envie de découvrir par eux-mêmes d’autres horizons :

le cœur bercé entre la foi en Allah et le champ de « pseudo liberté

« qu’offrent » les valeurs occidentales qui sont sur certains points

cruciaux aux antipodes de celles de l’islam. Les fréquentations aussi,

selon qu’elles soient de bonne ou mauvaise qualité, peuvent être

une sérieuse entrave au bon déroulement de « l’adolescence ».

À la fois, on ne peut pas pister ses enfants et les forcer à fréquenter

telle ou telle personne, ou bien à penser de telle ou telle façon.

Notre rôle est donc de leur apporter le meilleur afin qu’ils se

construisent une identité solide dès leur plus jeune âge, les

accompagner progressivement vers une autonomie psychologique,

physique et spirituelle, leur donner les clés pour leur apprendre à

penser par eux-mêmes afin qu’ils sachent ainsi différencier le bien

du mal. Ainsi, même durant ce changement à l’état adulte,

ils seront affirmés et bien construits dans leur tête

pour passer avec succès cette étape Inshâ Allâh.

Lecture utile

Nous vous conseillons un excellent ouvrage destiné aux parents

d’adolescents musulmans, regorgeant de conseils utiles et de cas

pratiques :

«Adolescents musulmans, guide pratique aux parents », Dr Ekram

et Dr Mohamed Rida Beshir, éditions Al Qalam, 17€10.

Laisser un commentaire